Le grand théâtre du monde # 1
15649
post-template-default,single,single-post,postid-15649,single-format-standard,cookies-not-set,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-16.7,qode-theme-bridge,disabled_footer_top,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.5,vc_responsive

Le grand théâtre du monde #1

le grand théâtre du monde

Le grand théâtre du monde #1

Le grand théâtre du monde: nous y étions en juillet 2012, nous avons passé des journées entières assis sur des fauteuils de théâtre à Avignon avec le plus grand plaisir. Je voulais ici vous parlez d’un superbe spectacle de théâtre intitulé, ô ! le titre en dit long  » Très nombreux, chacun seul « . Il s’agit là d’un théâtre d’utilité publique : tout d’abord il nous rappel avec délice les joies de cultiver son potager ( ouvrier ). Nous voyons des images de jardin projetées et la main de l’homme douce qui prend soin de ses plantes comme le poète prend soin des mots. Dans le public, un homme se lève et commence à nous raconter une histoire, il va nous parler du monde ouvrier, des mains de femme et d’homme qui travaillent ( des gestes projetés divers et variés tous précis, presque magiques devenant poétiques : filmées par Alexandrine Brisson ). Ce spectacle rend hommage au monde ouvrier mais quelque chose déraille, dérape et nous apprenons la mort d’un homme. Il se nomme Philippe Widdershoven, il était directeur informatique et délégué CGT au sein de la fabrique de porcelaine de Chauvigny. Il s’est donné la mort le 24 mars 2009 en laissant une lettre sur son lieu de travail demandant que son suicide soit reconnu comme accident du travail. Ce qui sera le cas. L’interprète Jean-Pierre Bodin remarquable de dextérité et avec une belle humanité sensible va tenter de nous faire comprendre les mécanismes de la douleur au travail où nous sommes  » Très nombreux, chacun seul «  finalement. Nous entendrons également la parole optimiste d’un chercheur et spécialiste de la souffrance au travail Christophe Dejours ( qui a accepté d’être filmé pour le théâtre). J’ai dit optimiste car il nous livrera à la fin  » il n’y a pas de fatalité « . Il me reste à citer le metteur en scène Jean-Louis Hourdin ( merci monsieur )  » Ce que nous faisons là, c’est parler de tout cela à propos d’un homme qui décide de mourir et qui accuse la communauté de l’avoir conduit à cet acte. La terre devrait se fendre en deux de tristesse car nous vivons dans une société où  le coeur a fini lui aussi par ne devenir que de l’os. Alors à quoi travaillons-nous ? Nous essayons d’ouvrir nos intelligences pour réfléchir ensemble (musique, texte,danse,lumière,images) à la catastrophe de cette décision mais dans l’émotion et l’énergie d’une fraternité nouvelle à construire ». Les programmateurs audacieux feront venir ce spectacle : cherchez-le dans les programmes de théâtre et courez-y.

VL

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.