Le grand théâtre du monde # 3 - Theatre Pau
15656
post-template-default,single,single-post,postid-15656,single-format-standard,cookies-not-set,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-16.7,qode-theme-bridge,disabled_footer_top,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.5,vc_responsive

Le grand théâtre du monde # 3

Théâtre par les villages

Le grand théâtre du monde # 3

Dans le grand théâtre du monde nous avons vu  » Par les villages «  c’est un poème dramatique de Peter Handke qui décrit le monde ouvrier avec une dignité absolue. C’est l’histoire de retrouvailles familiales après un décès, certains sont restés, d’autres ont fait leurs vies ailleurs et la famille ( que les médias nous vantent ) n’est pas si idyllique, ni si tranquille que ça… Il y aura de la difficulté à se comprendre, à s’aimer dans cette famille-là. Et puis beaucoup de plaies à panser. Le retour dans le monde rural de l’enfance devient douloureux et complqué. La scénographie decrit un chantier de construction, le monde du travail ouvrier. C’est Stanislas Nordey qui a monté cette pièce pour la cour d’honneur à Avignon en juillet 2013. Il joue également dans la pièce aux côtés de J. Balibar, E. Béar, R. Fernandez, M. D. Kamono, A. Mercier ,V. Nordey, R. Sammut, L. Sauvage.

Je ne vous en dit pas plus, allez voir cette pièce, elle est en tournée c’est sûr. C’est un théâtre rare, un théâtre magique. On en ressort changé car le charme de la langue et des acteurs opère en profondeur.

« Joue le jeu. Menace le travail encore plus. Ne sois pas le personnage principal. Charche la confrontation. Mais n’aie pas d’intention. Évite les arrière-pensées. Ne tais rien. Sois doux et fort. Sois malin, interviens et méprise la victoire. N’observe pas, n’examine pas, mais reste prêt pour les signes, vigilant. Sois ébranlable. Montre tes yeux, entraine les autres dans ce qui est profond, prends soin de l’espace et considère chacun dans son image … Mets-toi dans tes couleurs, sois dans ton droit, et que le bruit des feuilles devienne doux. Passe par les villages, je te suis. «  Peter Handke  » Par les villages « 

« on réfléchit sur les objets qui constituent notre réalité mais oublie les mots qui sont pourtant la vraie réalité de la littérature » Peter Handke

VL

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.