"Le pays où l'on n'arrive jamais" - Theatre Pau
16156
post-template-default,single,single-post,postid-16156,single-format-standard,bridge-core-1.0.4,cookies-not-set,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-18.0.7,qode-theme-bridge,disabled_footer_top,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive

« Le pays où l’on n’arrive jamais »

« Le pays où l’on n’arrive jamais »

« Le pays où l’on n’arrive jamais » est un roman d’André Dhôtel. Adapté pour la scène par Godefroy Ségal et interprété par Nathalie Hanrion. Ce texte à reçu le prix Fémina en 1955. Il exprime le merveilleux proche du quotidien avec l’importance du rapport à la nature.

Récit en zig zag:

« Le pays où l’on n’arrive jamais » est un texte fantastique. C’est l’histoire en zig zag d’un enfant adopté juste après la guerre. Son père adoptif effectue des démarches pour retrouver sa mère, maman Jenny, mais en vain. L’enfant devenu adolescent fugue pour retrouver le grand pays. Il doit se situer quelque part dans la région des Ardennes. Il rencontre Gaspard adolescent du même âge et partent tous deux rechercher ce fameux pays.

Un cheval pie les aidera dans leur quête…

Récit foisonnant :

L’adaptation de Godefroy Ségal est un tour de force car le roman met en scène de façon fantaisiste une multitude de personnages, le coiffeur Baisemain, Théodule Residore, Drapeur, Niklaas Cramer, Ludovic, Jérôme, Hélène, Jacques Parpoil… une multitude de lieux, la forêt ardennaise, Fumay, Vireux, la Meuse, Anvers, L’Escaut, les Bermudes, un château,

Le spectateur peut se perdre devant ce foisonnement. Mais c’est bien que la recherche nous amène ailleurs. Le grand pays est un idéal. Le songe que la terre entière est le grand pays. Le rendre encore plus beau pour le bonheur des être humains. C’est les histoires racontées que l’on reprend inlassablement. Le principe d’incertitude de départ glisse vers un principe d’espoir au sortir de la guerre.

La comédienne :

Le pays où l’on n’arrive jamais » est interprété par une très belle comédienne, aux multiples talents Nathalie Hanrion. Passant avec dextérité d’un personnage à l’autre, elle ne nous lâche pas d’une semelle tantôt masquée, tantôt costumée en un éclair pour endosser tous les personnages. Elle ne s’arrête pas là car ce cheval posé au centre de l’espace devient le support pour une chorégraphie. Défiant les lois de l’apesanteur, elle s’élance sur un mât chinois. Élégance et performance gracieuse. À peine as-t-elle posé le pied que le zig zag du récit reprend . Elle donne le souffle parfait au récit fantaisiste et merveilleux.

Un théâtre de tréteaux :

Nathalie Hanrion et Godefroy Ségal choisissent le théâtre de tréteaux pour délivrer le roman d’André Dhôtel. Lui même célébrait les gens de l’incertain. Les gens sur la route. Je ne peux m’empêcher de penser à Arthur Rimbaud. « Le pays où l’on n’arrive jamais » ainsi créé a de la force. Car il sait retenir notre attention. Nous perdre et créer la féérie requise, souhaitée. C’est la magie du spectacle et un bonheur partagé . Merci à tous deux d’avoir adapté pour la scène ce texte d’André Dhôtel. Nous étions voisins pendant le festival d’Avignon OFF#19. Nous avions plaisir à deviser certains soirs devant le Théâtre Transversal. Bien belle rencontre avec deux artistes passionnés.

Retrouver la compagnie In Cauda : www.compagnieincauda.com

Olivier Chambon

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.