Les Clownesses #25 Les Clownesses #25 - Theatre Pau %
16103
post-template-default,single,single-post,postid-16103,single-format-standard,cookies-not-set,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-16.7,qode-theme-bridge,disabled_footer_top,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.5,vc_responsive

Les Clownesses #25

Les Clownesses #25 jouent "Bienvenue en Corée du Nord, spectacle à la férocité enjouée

Les Clownesses #25

Les Clownesses #25 donne ce drôle de spectacle  avec un titre d’équilibriste

« Bienvenue en Corée du Nord » Oups !

Ça commence bien. Quel étonnant préambule sous forme de dépliant touristique! Tu vas où en vacances? Tiens! cette année, j’irai bien en Corée du Nord. Ah! bon… Je viens avec toi.

Ce spectacle à la férocité enjouée tenterait le pari impossible de promouvoir la Corée du Nord! Son mode vie et ses habitants. Les Clownesses sont en recherche de rigueur. Elles décident de voyager dans le pays le plus strict et fermé du monde. Elles nous livrent ici leur ressenti « à chaud ». Le projet clown avance et les ratages se succèdent. Les bides s’additionnent. Le rire secoue les spectateurs du théâtre des Halles devant l’impossibilité d’adhérer à ce pays pour le moins monstrueux. « Le chef suprême est capable, par son seul regard, de faire fleurir les cerisiers ».

Les Clownesses rapportent de leur voyage hors du commun leur vision. La danse des missiles et la gymnastique rythmique et sensuelle nous secouent encore d’un rire décalé. « L’innocence et la sincérité des personnages nous révèlent l’absurdité du monde. Ils deviennent alors des révolutionnaires, des contestataires des ordres établis, du pouvoir, de la bêtise et de la force ».

Les Clownesses montrent bien aussi la fragilité des vies en jeu en Corée du Nord. « Une population interdite d’avenir ». Ces clowns amènent l’anarchie et la fantaisie devant ce pays totalitaire. Ce tour operator pour la promotion impossible de la vie heureuse en Corée du Nord déclenche le rire. Ça frotte sérieux avec nos vies en pays démocratiques.

Olivier Chambon.

 

 

 

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.